Roy Lichtenstein à Beaubourg

roy-lichstenstein-00

La première fois que j’ai vu une expo de Roy Lichtenstein c’est à New York en 1998 et j’avais eu un coup de cœur pour le Pop Art, pour Roy, si bien que j’avais ramené une affiche immense (celle là) et c’est toujours sympa de se trimballer un immense tube dans l’avion.

Ca fait donc plusieurs mois maintenant que j’avais en tête l’exposition au Centre Pompidou. Par peur de la foule j’ai attendu le week-end dernier pour y aller. Si j’ai acheté mon billet en 2 minutes sur les bornes automatiques, j’ai fait 20 minutes de queue arrivée au 6ème étage mais là où ils sont plutôt malins c’est que l’expo commence dans la queue ; des photos et une biographie de Roy Lichtenstein permettent de patienter avant de rentrer.

Les toiles sont grandes, retracent les différentes époques dans la vie de l’artiste sur 10 salles, la plupart des œuvres sont photographiables.

En 1961, Roy réalise Look Mickey d’après une image de livre pour enfants. Le tableau met en scène Mickey et son ami Donald tout en reprenant les codes de l’illustration commerciale.

Grâce à cette exposition j’ai découvert les sculptures de Roy, ces têtes de femmes sont magnifiques et j’en verrais bien un sur ma cheminée.

En 1969, Roy débute une séries de tableaux figurants des miroirs.

Verdict :
j’ai adoré cette expo, tout était comme dans mon souvenir, j’aime toujours autant les ouvres colorées de Roy Lichstenstein. Je n’ai pas trop aimé la salle présentant sa phase d’inspiration de Matisse et Picasso, même si le boulot d’appropriation est impressionnant, je préfère le reste de son œuvre.

Bon par contre, clairement, j’aurais pu éviter d’aller boire un verre pour finir au George en haut du Musée. Clairement c’est plutôt un truc pour les touristes. J’ai pris la boisson la moins chère de la carte, 6 euros le thé glacé, j’ai donc eu le droit à la table en plein vent, sans parasol, et j’ai été encaissé dès l’arrivée de ma boisson comme si j’allais partir en courant dès mon thé glacé avalé. Si on ajoute à ça l’amabilité de la dame de l’accueil dont le métier consiste à placer les gens et non pas à diriger le Centre Pompidou (peut-être faut-il le lui rappeler ?), j’aurais pu m’arrêter à l’expo.

4 Replies to “Roy Lichtenstein à Beaubourg”

  1. peintre ???
    dessinateur serait plus exact

  2. @duchenoc – un immense merci pour ce commentaire indspensable

  3. Je bosse sur lui en Histoire des Arts, merci pour cette article, il était intéressant !

  4. Merci pour ce très bel article ! Etant professeur d’arts plastiques mais ne pouvant pas ( encore ) aller sur Paris pour découvrir cette exposition, j’en ai un très bel aperçu.

Laisser un commentaire